Bourse : Un tiers des Français veulent investir en 2024

L’attrait croissant des Français pour les placements en actions

En 2023, le Baromètre AMF de l’épargne et de l’investissement révèle une évolution positive : l’intérêt des épargnants français pour les placements en actions s’est accru. Cette année, 32 % des personnes interrogées ont exprimé leur intérêt pour ce type d’investissement, soit une augmentation de 7 points par rapport à 2022. Cette tendance est particulièrement marquée chez les moins de 35 ans, où 43 % d’entre eux se déclarent intéressés par les placements en actions.

Plusieurs facteurs contribuent à ce regain d’intérêt. D’une part, la performance positive des marchés boursiers ces dernières années a contribué à améliorer la perception du risque lié aux actions. D’autre part, les Français sont de plus en plus conscients de la nécessité de diversifier leur épargne pour se prémunir des risques inflationnistes et garantir un meilleur rendement à long terme.

L’augmentation de la confiance des Français dans leur situation économique et financière joue également un rôle important. En effet, 43 % des personnes interrogées estiment désormais que les placements en actions seront rentables dans les 5 prochaines années, contre 37 % l’année précédente. Cette confiance accrue incite les Français à envisager d’investir dans les actions, avec 27 % d’entre eux qui envisagent de souscrire des placements en actions au cours des 12 prochains mois.

Le Baromètre AMF 2023 met également en lumière la perception des Français concernant les différents produits d’épargne. Ils distinguent ces produits davantage par leur niveau de risque que par le potentiel de rendement ou la liquidité. Les crypto-actifs sont perçus comme les plus risqués par 65 % des Français, suivis des actions à 56 %, puis des produits de pierre-papier à 34 %. En ce qui concerne la disponibilité de l’argent investi, les Français semblent plus enclins à investir dans des produits moins liquides, avec 29 % qui estiment que la pierre-papier est liquide, 34 % pour les placements en actions, et 33 % pour les crypto-actifs.

L’essor de la confiance et son impact sur l’attrait des placements en actions : analyse approfondie

L’augmentation de la confiance des Français dans leur situation économique et financière est un élément crucial qui alimente l’attrait croissant pour les placements en actions. Cette confiance accrue se manifeste de plusieurs manières :

1. Optimisme quant à la rentabilité des actions:

  • 43% des personnes interrogées estiment désormais que les placements en actions seront rentables dans les 5 prochaines années, contre 37% l’année précédente. Cette progression de 6 points souligne un changement notable dans la perception du risque lié aux actions.
  • Cette confiance est particulièrement marquée chez les jeunes, avec 52% des moins de 35 ans convaincus de la rentabilité des actions à long terme. Cette tendance générationnelle est à mettre en lien avec l’évolution des comportements et des outils d’investissement. En effet, les jeunes générations sont plus familiarisées avec les plateformes d’investissement en ligne et les applications mobiles qui facilitent l’accès aux marchés boursiers.

2. Propension accrue à investir:

  • La confiance accrue incite les Français à envisager d’investir dans les actions. 27% des répondants envisagent de souscrire des placements en actions au cours des 12 prochains mois, soit une augmentation de 4 points par rapport à 2022. Cette intention d’investissement est encourageante pour le développement du marché financier français.
  • Cette intention est plus prononcée chez les catégories à haut revenu, avec 38% des personnes gagnant plus de 4 000€ par mois envisageant de s’orienter vers les actions. Cette disparité peut s’expliquer par la capacité d’épargne plus importante des catégories aisées, leur permettant d’investir des sommes plus conséquentes.

Facteurs contribuant à la confiance:

  • La performance positive des marchés boursiers ces dernières années a joué un rôle crucial dans le renforcement de la confiance des Français. L’indice CAC 40 a notamment connu une croissance de plus de 10% en 2022, ce qui a contribué à améliorer la perception du risque lié aux actions.
  • La reprise économique post-pandémie et la diminution du chômage contribuent également à un sentiment d’optimisme. Le taux de chômage en France est passé de 9,1% en 2021 à 7,4% en 2023, ce qui renforce la confiance des Français dans leur situation économique et financière.
  • Les mesures gouvernementales en faveur de l’épargne et de l’investissement, comme le Plan d’épargne retraite (PER), incitent les Français à explorer de nouvelles options d’investissement. Le PER offre notamment des avantages fiscaux non négligeables, ce qui le rend attractif pour les investisseurs à long terme.

Importance de la diversification:

  • La confiance accrue ne se traduit pas nécessairement par une prise de risque inconsidérée. Les Français reconnaissent l’importance de la diversification et s’orientent vers des placements diversifiés pour minimiser les risques. 72% des personnes interrogées déclarent qu’il est important de diversifier son épargne, contre 68% en 2022.
  • L’essor des plateformes d’investissement en ligne permet aux investisseurs de diversifier facilement leur portefeuille avec des produits comme les ETF (Exchange Traded Funds) et les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier). Ces produits offrent une diversification sectorielle et géographique, ce qui permet de réduire le risque lié à un seul actif.

Rôle des conseillers financiers:

  • Le recours à des conseillers financiers expérimentés est en augmentation. Les Français reconnaissent la valeur d’un accompagnement professionnel pour élaborer une stratégie d’investissement adaptée à leur profil de risque et à leurs objectifs financiers. 63% des personnes interrogées déclarent qu’elles seraient prêtes à faire appel à un conseiller financier, contre 58% en 2022.
  • Les conseillers financiers peuvent aider les investisseurs à choisir des placements en actions adaptés à leur situation et à naviguer dans un environnement financier complexe. Leur expertise est particulièrement précieuse pour les investisseurs débutants qui souhaitent limiter les risques et maximiser leurs chances de succès.

Un autre point important à souligner est l’augmentation de la durée moyenne d’immobilisation de l’argent acceptée par les Français. Cette durée est passée de 4,2 ans en 2022 à 5,7 ans en 2023. Cette évolution est particulièrement marquée chez les jeunes, 25 % d’entre eux acceptant une durée de conservation supérieure à 10 ans, comparé à 12 % chez les 35-54 ans. Cette tendance montre que les Français sont de plus en plus disposés à investir à long terme pour maximiser leurs chances de rendement.

Enfin, le Baromètre attire l’attention sur le fléau des arnaques financières. 15 % des répondants déclarent avoir été victimes d’une escroquerie sur un placement financier, avec une prévalence plus élevée de 35 % chez les moins de 35 ans. La présidente de l’AMF, Marie-Anne Barbat-Layani, met en garde contre les risques liés aux informations circulant sur les réseaux sociaux et insiste sur la nécessité d’une réflexion approfondie et d’une information préalable pour tout investissement.

En somme, l’année 2024 semble marquer un tournant positif dans l’attitude des Français envers les placements en actions. L’augmentation de l’intérêt, de la confiance et de la durée d’immobilisation de l’argent est encourageante pour le développement du marché financier français. Cependant, il est important de rester vigilant face aux risques d’arnaques et de s’informer sérieusement avant de s’engager dans tout investissement.

Lire nos actualités

Investissements immobiliers

Crédit immobilier : Et si une baisse des taux limitait à 10% la baisse des prix ?

Investissements immobiliers

C’est quoi une SCPI ? Comment choisir sa SCPI ?

Investissements immobiliers

Immobilier : les villes ou il faut encore acheter et les autres

Investissements immobiliers - SCPI

Finance durable et SCPI : analyse et palmarès des SCPI Durables

BOURSE/FINANCE

Label ISR : Ce que la nouvelle réforme va changer pour l’épargnant

BOURSE/FINANCE

Plan d’Épargne Retraite : Voici le portrait-robot des souscripteurs