Lettre des marchés


Aeternia Patrimoine

Lettre mensuelle de Aeternia Patrimoine .

Juillet 2020

Le mois de juin s'est avéré paradoxal. Les indices boursiers ont continué leur rallye haussier. Certains indices, à l'instar du Nasdaq, ont même affiché de nouveaux records. D'un autre côté, la crise sanitaire s'aggrave. 60% des cas de coronavirus depuis le début de la pandémie ont été enregistrés au cours du seul mois de juin. La situation est particulièrement inquiétante aux Etats-Unis et en Amérique Latine.

LES TOPS DU MOIS

LES FLOPS DU MOIS

• L'épidémie de coronavirus est sous contrôle en Europe

• L'économie semble repartir plus vite que prévue

• L'épidémie de coronavirus s'intensifie aux US et dans les émergents

• Regain de tensions US-Chine et Inde-Chine

L'ALLOCATION TACTIQUE

ACTIONS : l'embellie continue

Les actions mondiales ont continué sur le chemin de la hausse achevant un trimestre de hausse historique. Les soutiens des institutions (banques centrales et gouvernements) couplés à des statistiques économiques meilleures que prévues en sont la raison principale. Les actions européennes sont à la fête avec un Eurostoxx50 dépassant +6% de performance. Le CAC40 est légèrement en retrait avec +5.12%. Les actions US sont ainsi largement devancées (S&P500 +1.84%). La plus forte progression revient aux pays émergents avec quasiment +7%.

En Europe, côté sectoriel, le match value (valeurs délaissées) versus croissance (sociétés avec une croissance des bénéfices pérenne) a fait une pause. En effet, on retrouve parmi les gagnants, les financières (value, +6.46%) et la technologie (croissance, +5.63%) et parmi les perdants, la santé (croissance, -0.70%) et l'énergie (value -0.05%).

Après deux mois de forte surperformance par rapport aux grandes capitalisations, les petites capitalisations marquent le pas et ne progressent que de +1.14%.

OBLIGATIONS : un message divergent

Face à cette envolée des actifs risqués, on aurait pu s'attendre à une baisse des obligations (et donc une hausse des taux) mais il n'en a rien été. Les taux sont restés très stables. Le 10 ans français perd -0.04% à -0.11%, le 10 ans allemand est stable à -0.43% et le 10 ans US gagne +0.02% à 0.67%. Les marchés de taux sont restés prudents face à l'accélération de la pandémie.

Les obligations d'entreprises n'ont pas non plus suivi la progression des actions, ce qui est plutôt contre intuitif. Le segment High Yield (sociétés à la solvabilité médiocre mais au rendement élevé) s'est légèrement détérioré. Le segment Investment Grade (meilleur qualité) est resté stable profitant des achats par les banques centrales.

Cette divergence entre marchés actions et marchés obligataires est à surveiller.

MATIERES PREMIERES : le pétrole à l'honneur

Le pétrole s'est à nouveau adjugé une hausse supérieure à 10% (+10.65% pour le Brent et +16.47% pour le Brent) grâce à l'amélioration des statistiques économiques et à la baisse des réserves US.

L'or grimpe de +2.79% et retrouve ses plus hauts de 12 ans. Le cocktail crise sanitaire, taux de rendement réels (taux nominaux - inflation) négatifs et tensions géopolitiques lui est très favorable.

Enfin, les métaux industriels enregistrent des gains importants, en partie soutenus par de bonnes données provenant de Chine. Le cuivre gagne près de +12%, le nickel +3.41% et le zinc +2.54%.

MACRO ECONOMIE

INDICATEURS AVANCES
Zone Mois en cours 3 mois Tendance Commentaires
ETATS-UNIS
Confiance des entreprises - PMI A nouveau un fort rebond
Confiance des consommateurs Léger rebond
EUROPE
Confiance des entreprises - PMI Fort rebond qui remet les indices quasiment au niveau pré crise
Confiance des consommateurs Rebond
PAYS EMERGENTS
Confiance des entreprises - PMI La Chine dépasse les niveaux pré crise mais Inde et Brésil restent à la traine

Le rebond des indicateurs avancés de l'activité est très fort et a même surpris de nombreux économistes. Sur le mois de juin, Chine, Europe et US dépassent largement les attentes. Le scénario de reprise en V semble se dessiner alors même que la crise sanitaire accélère (US et Amérique latine notamment). Attention ces indicateurs sont des indicateurs avancés et non les chiffres réels qui eux sont catastrophiques mais tout de même meilleurs que prévus. L'Insee a, par exemple, revu à la hausse sa prévision de croissance pour 2020. Dans le même ordre d'idée le chômage a bondi aux Etats-Unis mais le dernier rapport sur l'emploi a fait état de 2,5 millions de créations d'emplois non-agricoles en mai contre 8 millions de destructions attendu. C'est le chiffre de créations d'emplois le plus élevé jamais enregistré.

Préconisations

Général

Le marché a fortement rebondi, tout comme les valorisations des marchés. Les liquidités sont abondantes et de nombreux investisseurs attendent la baisse pour se renforcer. La situation macro-économique s'améliore.

CONCLUSION : Attente. Dangereux de ne pas être investi mais tout aussi dangereux de l'être en totalité MAIS la crise sanitaire s'aggrave … sans affecter les marchés.

Actions

Préférence pour l'Europe et l'Asie (crise sanitaire sur le continent américain).

Diversification autour de :

• Value/cycliques pour profiter d'une éventuelle reprise en V.

Obligations Souveraines

• Pays développés -> rester à l'écart.

• Pays émergents : rendements attractifs mais le segment est plus fragile que celui des pays développés donc risqué en temps de crise.

Obligations Entreprises

• Les primes de crédit sont de nouveau attractives mais il y aura des défauts.

• Préférence pour le BBB et le BB. Ces obligations pourraient venir remplacer une partie du fonds Euro.

Matières Premières

• Tensions géopolitiques + Coronavirus + Taux de rendement réels négatifs = environnement favorable à l'or.

A surveiller

Pandémie

La progression de la pandémie est évidemment l'indicateur n°1 à regarder, d'autant plus que la situation s'aggrave.

Résultats

Les sociétés vont publier leurs résultats à partir de mi-juillet. On connaitra alors l'étendue des dégâts sur les comptes des entreprises. Meilleurs ou pires qu'attendus ?

Reprise

Reprise en V ? en U ? en L ? On aura tout entendu depuis le début de la crise. Début juillet, les marchés penchaient plus vers une reprise en V, sont-ils trop optimistes ?

Avertissement

Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de Aeternia Patrimoine . Il ne constitue en aucun cas un conseil d'achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n'existe pas d'actif garanti.







Lettre mensuelle d'Aeternia Patrimoine

 

 

Juin 2020
 

Le proverbe boursier «Sell in May and go away» («vends en mai et pars») n'aura pas fonctionné cette année. En effet, au fur et à mesure que les mesures de confinement s'allégeaient, les marchés d'actifs risqués se sont appréciés.
 

LES TOPS DU MOIS

LES FLOPS DU MOIS

• L'annonce des premières dates de déconfinement

• L'optimisme à toute épreuve des marchés

 

 

 

• Les valorisations restent élevées

• Regain de tensions entre Chine et états-Unis

 

 

 

L'ALLOCATION TACTIQUE
 

ACTIONS : le rebond continue

Les actions internationales ont connu de très bonnes performances à l'instar des marchés européens (DAX +6,68%, Eurostoxx50 +4,18%, CAC40 +2,70%) ou encore des marchés américains (S&P500 +4,53%). Seuls les marchés émergents restent à la traine avec une performance de +0,58%.

Ce sont une nouvelle fois les valeurs dites de «croissance» qui ont tiré les marchés vers le haut mais la différence value/croissance est moins nette. Ainsi, le secteur technologique européen gagne +6,2% mais la consommation de base, grande gagnante de la crise et secteur emblématique du style croissance défensive, peine avec une performance de +0,39%. Les secteurs les plus «value» (titres décotés, délaissés des marchés) comme les financières (-0,41%) et l'énergie (-3,54%, malgré la hausse du pétrole) ont tout de même été les plus en retard.

Fait intéressant, les petites capitalisations commencent à rattraper leur retard et leur performance est globalement du double de celle des grandes capitalisations sur le mois.

OBLIGATIONS : baisse des taux

Les taux souverains ont évolué de manière hétérogène. Les taux US à 10 ans sont restés stables grâce à une Federal Reserve US très accommodante. A l'inverse les taux européens sont montés (taux allemands à 10 ans + 0,13%) avec la hausse des marchés, les investisseurs sortant des obligations les plus sûres pour aller vers les actifs à risque.

Les obligations d'entreprises se sont bien comportées, le segment «High Yield» (obligations d'entreprises à la solvabilité médiocre) montant fortement grâce à l'afflux de liquidités et à la baisse de rendement sur les obligations les mieux notées.

MATIERES PREMIERES : rebond historique du pétrole

+88% sur le mois, c'est la performance du pétrole brut américain (+40% pour le Brent). Il faut dire que la chute des semaines précédentes était due à des facteurs techniques qui se sont peu à peu estompés avec la reprise d'activité. Malgré tout, le pétrole reste en baisse de -40% depuis le début de l'année.

L'or (+3,39%) n'est pas en reste malgré la hausse des marchés. Ce n'est évidemment pas son rôle de valeur refuge qui dope le métal jaune mais les politiques ultra accommodantes des banques centrales.

MACRO ECONOMIE
 

INDICATEURS AVANCES
Zone Mois en cours 3 mois Tendance Commentaires
ETATS-UNIS
Confiance des entreprises - PMI Fort rebond dans le secteur manufacturier et services
Confiance des consommateurs Léger rebond
EUROPE
Confiance des entreprises - PMI Fort rebond dans le secteur manufacturier et services
Confiance des consommateurs Léger rebond
PAYS EMERGENTS
Confiance des entreprises - PMI Le rebond est moins fort que dans les pays développés à cause du Brésil et de l'Inde

Bien souvent les commentateurs de marché pointent du doigt la décorrélation entre les marchés financiers et l'économie réelle. Ce n'est pas vraiment le cas. Les marchés financiers sont en anticipation. C'est que l'on peut voir actuellement.

Comme le montre le tableau ci-dessus, les indicateurs avancés de l'économie pointent vers une amélioration de l'économie dans les trimestres à venir. Toutefois les chiffres actuels de l'activité (non avancés) montrent une détérioration accrue de l'économie.

En conclusion, 2020 sera un très mauvais cru mais 2021 annonce un fort rebond. Les marchés financiers se focalisent sur 2021.

Préconisations
 

 

Général

Le marché a fortement rebondi, tout comme les valorisations des marchés. Les liquidités sont abondantes et de nombreux investisseurs attendent la baisse pour se renforcer. La situation macro-économique s'améliore.

CONCLUSION : Attente. Dangereux de ne pas être investi mais tout aussi dangereux de l'être en totalité.

 

 

 

Actions

Pas de préférence géographique. La diversification est de mise.

Diversification autour de :

• Value/cycliques pour profiter d'une éventuelle reprise en V.

 

 

Obligations Souveraines

• Pays développés -> rester à l'écart.

• Pays émergents : rendements attractifs mais le segment est plus fragile que celui des pays développés donc risqué en temps de crise.

 

 

 

Obligations Entreprises

• Les primes de crédit sont de nouveau attractives mais il y aura des défauts.

• Préférence pour l'investment grade qui retrouve de la valeur. Ces obligations pourraient venir remplacer une partie du fonds Euro.

 

 

 

Matières Premières

• Tensions géopolitiques + Coronavirus + Taux de rendement réels négatifs = environnement favorable à l'or.

 

 

 

A surveiller
 

Reprise d'activité

Certes l'activité repart dans de nombreux pays mais jusqu'à quel point ?

Deuxième vague

La situation est problématique au Brésil et en Inde et continue d'être inquiétante aux US. Une deuxième vague serait dramatique pour l'économie et donc les marchés financiers.

 

 

 

 

 

 

Avertissement
 

Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de Aeternia Patrimoine . Il ne constitue en aucun cas un conseil d'achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n'existe pas d'actif garanti.